Quel prix de l’immobilier en cette rentrée ?

Une hausse constante

Il est difficile de prévoir l’avenir…chaque année, les observateurs optimistes prévoient une flambée des prix, tandis que d’autres analystes sont plus mesurés et tiennent compte de l’environnement global du marché, c’est à dire de l’incidence des politiques économiques, taxes et quotas imposés par l’Europe et le gouvernement. Ce qui est certain, c’est qu’au long terme, les prix parisiens et des grandes agglomérations continuent d’augmenter, la demande de logement étant toujours inférieure au nombre d’attente.

Depuis Janvier 2018, l’observatoire des prix indique une continuité régulière dans l’augmentation des prix ( +1,7% en 2017, +1,1% depuis le 1er janvier 2018) et un volume de ventes stable : 960 000 transactions en 2017, soit plus de 3 ventes par an pour 100 ménages, le marché reste donc très fluide.   Les primo-accédants représentent 1/3 des acheteurs avec une baisse parallèle des investisseurs locatifs. Les délais de vente se raccourcissent (39 jours à Paris, 45 jours à Lyon). Le marché urbain est donc généralement fluide voire très fluide, et il est permis dans ce contexte de projeter une dynamique constante d’ici l’été 2019 (+1,5% environ).

Spécificité parisienne, la capitale enregistre une hausse sensiblement plus forte : +5,3% en 2016, +6,7% en 2017 et +4,6% sur les huit premiers mois de 2018 ; depuis 10 ans, c’est en moyenne +41,5% d’indice d’augmentation cumulés. Dans ce contexte réjouissant – quand l’immobilier va, tout va.. – on observe pourtant sur les huit premiers mois de l’année 2018 environ 35% des 50 plus grandes villes de France qui  ont vu leurs prix moyens diminuer.

Présentation sans titre (2)

 

Présentation sans titre (3)

 

Des spécialistes s’accordent pour dire qu’un changement de cycle est proche, et devrait intervenir dans moins d’un an probablement sous l’effet d’une hausse des taux immobiliers décidée par la BCE. A suivre ?

Quel taux pour quel emprunt ?

Question taux, voici un  récapitulatif des taux en vigueur au 1er septembre 2018 :

Durée :      Excellent    Très bon    Bon

15 ans 0,96 % 1,15 % 1,40 %
20 ans 1,12 % 1,35 % 1,61 %
25 ans
1,35 % 1,60 % 1,84 %

 

Evolution des taux depuis 2014

evolution taux oat septembre 2018

 

Et pour finir, un tour d’horizon sur les tarifs affichés dans la capitale en cette rentrée d’automne :

Sur 1505 ventes réalisées au 1er trimestre :

  • Prix bas 8 000 €
  • Prix au m² médian 9 170 €
  • Prix haut 10 580 €

Prix moyen constaté par arrondissements parisiens au 1er trimestre 2018 :

 

1er arrondissement 11 990 2ème arrondissement 11 270
3ème  arrondissement 11 240 4ème arrondissement 12 300
5ème arrondissement 11 330 6ème arrondissement 12 530
7ème arrondissement 12 400 8ème arrondissement 9 890
9ème arrondissement 9 910 10ème arrondissement 8 850
11ème arrondissement 9 190 12ème arrondissement 8 620
13ème arrondissement 8 380 14ème arrondissement 9 430
15ème arrondissement 9 140 16ème arrondissement 9 820
17ème arrondissement 9 400 18ème arrondissement 8 560
19ème arrondissement 7 630 20ème arrondissement 7 890

 

Et l’historique parisien ?

Un 3 pièces situé Place des Vosges (paris 4ème) , dans un hôtel particulier, s’affiche à 1 620 000 € (hors honoraires) soit environ 24 500€/M²

 

Quel prix pour les honoraires d’agence  ?

15€ le m², c’est le plafond des honoraires d’agence prévu par la loi ALUR pour Paris et la première couronne, en matière de location.

Entre 4 et 8% du prix de la vente, c’est la fourchette dans laquelle se situent les frais d’agence en matière de transaction.

 

Sources de l’article : Meilleursagents.com et les chiffres des Notaires de France

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!