L’allusion télévisuelle d’Emmanuel Macron au sujet des syndics de copropriété

FILE PHOTO: French President Emmanuel Macron delivers a speech during the AMF congress, the annual meeting of French mayors, in Paris, France, November 23, 2017. REUTERS/Charles Platiau/File Photo

Etait-ce intentionnel ?  dans une interview télévisée diffusée sur France 3, le Président Emmanuel MACRON a condamné « ceux qui voient la France comme une espèce de syndic de copropriété« .

Difficile pour les professionnels de ne pas réagir, même si l’on estime que M. MACRON visait avant tout les assemblées de copropriétaires.

Un droit de réponse est publié sur le site du Figaro.fr, en provenance de la responsable de l’Association Nationale des Gestionnaires de Copropriétés (ANGC), dont le lien est à lire ici http://immobilier.lefigaro.fr/article/macron-a-t-il-une-dent-contre-les-syndics-de-copropriete-_3ca1762e-5755-11e8-a189-342692cadd97/

La secrétaire associative, Nafy-Nathalie, a rédigé ce droit de réponse sur le blog de l’ANGC, dont nous publions quelques extraits.  Pour voir le billet en intégralité, rendez-vous sur leur blog ici Le billet de l’ANGC en réponse à E. MACRON

« Non Monsieur Macron, la France n’est pas un syndic de copropriété !

Dans une interview pour célébrer la première année de sa présidence, le Président Macron  expose son point de vue sur l’état du pays. Il indique notamment :

Le colonel Beltrame, il est mort parce que la France, ce sont des idées, des valeurs, quelque chose d’une guerre qui le dépasse. Les gens qui pensent que la France, c’est une espèce de syndic de copropriété où il faudrait défendre un modèle social qui ne sale plus, une République dont on ne connaît plus l’odeur et des principes qu’il fait bien d’évoquer parce qu’on s’est habitué à eux et qu’on invoque la tragédie dès qu’il faut réformer ceci ou cela, et qui pensent que, en quelque sorte, le summum de la lutte, c’est les 50 euros d’APL, ces gens-là ne savent pas ce que c’est que l’histoire de notre pays. L’histoire de notre pays, c’est une histoire d’absolu.

Je ne sais pas ce qu’est un « modèle social qui ne sale plus ». Ce que je sais par contre, c’est qu’actuellement le logement est au cœur des projets du gouvernement. La loi ELAN qui devrait permettre de réformer le droit de l’immobilier a été présentée au Conseil des ministres le 4 avril dernier et sera soumise pour une première lecture dans l’Hémicycle le 29 mai prochain.

LES FRANÇAIS SE COMPORTENT COMME S’ILS ÉTAIENT EN COPROPRIÉTÉ

(…) En revanche, même s’il se trompe de mots, ce qui est vraiment plus que regrettable, et qu’il emploie une expression déjà utilisée par Nicolas Dupont-Aignan pendant la campagne présidentielle, ce qui ne l’est pas moins, Emmanuel Macron n’a pas totalement tort sur son constat. Le sens de son propos, que je me permets de repréciser, est le suivant : les Français se comportent, dans leur relation avec le pays, comme lorsqu’ils sont en Assemblée Générale de copropriété dans leur relation avec le syndic ou les autres copropriétaires indiquant le fait qu’ils sont, par exemple, plus préoccupés de leurs problèmes personnels et de la couleur des boîtes aux lettres, lorsqu’ils pensent collectivité, que des travaux de ravalement qu’il est urgent d’entreprendre et donc de voter et financer. Il est vrai, que parfois, certains copropriétaires peuvent  paralyser le fonctionnement d’un immeuble par leur inconséquence, comportement que l’on pourrait rapprocher des grèves actuelles, ou leur absentéisme ou abstentionnisme aux réunions qui ressemble assez fort à ce qui se passe lors des élections. Aujourd’hui, le constat est toujours le même : les copropriétaires ne viennent pas ou peu aux réunions. Ils donnent leur pouvoir en blanc quand ils y pensent. Ces pouvoirs sont gérés par le conseil syndical qui décide finalement de tout pour tous. Quand les copropriétaires, qui ne sont pas au conseil syndical, interviennent directement dans les Assemblées Générales de copropriété, il n’est pas rare que ce soit pour évoquer des problématiques personnelles qui ne concernent pas la collectivité. Ils peuvent par contre se mobiliser quand le sujet est réellement d’importance et qu’un travail d’explication est fait en amont, par le syndic et le conseil syndical, même si le coût à engager est très élevé ou si les travaux ne les concernent pas directement personnellement.

Une étude nouvelle de la FNAIM nous apprend que les copropriétaires sont satisfaits de leur syndic à 84% malgré toute la publicité négative qui en est faite dans les différents médias et un Président qui n’hésite pas à accoler dans une proximité immédiate le mot « espèce » à « syndic de copropriété », lui donnant implicitement et immédiatement une connotation négative sans que personne d’autre que des professionnels de la copropriété ne s’en offusque.

Syndic de copropriété est un métier noble. Il serait bon que l’on arrête de le dénigrer ou d’en dévoyer le sens à tout bout de champ.

Quand au métier de politicien, je laisse à chacun le soin de le juger »

(Extraits du billet publié sur le Blog de l’ANGC par la secrétaire de l’association, Nafy-Nathalie).

error: Content is protected !!